Histoire des fermes

Anciennes fermes et leur histoire

Autour du village :

Le Pontet :

A environ 1 km au sud de Brénod, en direction de Champdor. C’était autrefois un moulin alimenté par un canal de dérivation de l’Albarine toute proche. Puis, plus tard, une scierie dont l’activité s’est arrêtée en 1967. On devine encore sur le mur le long de la rivière l’emplacement de la roue à aubes.

Champ de Joux :

A l’ouest du village, une grande bâtisse typique de l’architecture du plateau de Brénod, avec son toit à deux grands pans et deux « recoupes » à l’est et à l’ouest, et son entrée de grange du coté amont.

Le Mollard de l’Orge :

Peu de choses demeurent de l’ancienne ferme située à la limite communale entre Brénod et Vieu d’Izenave, et brulée pendant la dernière guerre. Il subsiste un petit bâtiment, seul témoin de ce qui fut un centre de vacances du département de la Seine dans les années 1950.

Grange Ballet :
Ancienne ferme des moines convers, comportant une maison, une grange et un four. Situés à l’extrémité ouest du territoire communal, les bâtiments étaient très abîmés, ils ont été restaurés dans leur architecture d’origine. Au-dessus de la porte d’entrée un écusson gravé dans la pierre porte la date de 1615. Le grand portail de la grange attenante à la maison est en bois chanfreiné et le linteau comporte un cœur sculpté en relief avec la date de 1776.

La Gouille :
Cette ferme, au nord-ouest de Brénod, avec ces bâtiments disposés en U, appartenait au domaine de Meyriat et remonte au XVII° siècle. Au centre de la cour un bac rectangulaire en pierre d’une seule pièce est alimenté par l’eau de la source « Les Teyssonières » qui jaillit d’une colonne en pierre de section carrée. De part et d’autre de ce bac, à environ 4 mètres, deux lavoirs en pierre.

La Pérouse :

Un hameau constitué de trois fermes anciennes, édifiées aux confins des étangs Marron. Ses origines et son histoire sont intimement liées à la Chartreuse de Meyriat toute proche.

La Léchère :
Elle est située sur la D31 reliant Brénod au Valromey. Ce vaste bâtiment orienté au sud a été utilisé en 1909 comme dépôt d’étalons, qui fut transféré par la suite dans la maison Friot à Brénod. Le propriétaire actuel loue des chambres d’hôtes en relais équestre.

La Scie :
Située à l’est de Brénod, cette ferme qui remonte au début du XIXe siècle ou peut-être à la fin du XVIIIe siècle comporte deux bâtiments, l’un qui regroupe la partie habitation, les granges et les étables, l’autre avec son toit à 4 pans, correspondait au moulin qui a fonctionné jusqu’aux environs de 1925/30 ; en prolongement du moulin, l’ancienne scierie, démantelée en 1942, tous deux étaient alimentés par l’Albarine qui passe à proximité.

Poimboeuf (Pungit bovem) :
Située à l’extrême est de Brénod, plus loin que la ferme de la Scie, isolée au milieu des champs, c’est une bâtisse imposante à étage avec son toit à deux pans. Les pignons des murs sont constitués de grosses pierres taillées. Devant la porte un puits dont la margelle a été refait il y a une dizaine d’année. Sa construction est plus ou moins contemporaine de celle de la Scie.

De la ferme de Florence, au sud-ouest du village, à mi-pente sur le chemin qui rejoint le col de Cuvillat et la Roche Samuel, ne subsistent que quelques ruines.

A la combe de Férirand

Pré de Joux :
Groupe de 3 bâtiments, dont l’un incendié en 1902, a été reconstruit en 1925/30 en réutilisant une partie des matériaux anciens . On trouve un linteau de porte avec la date de 1871, et surtout un bénitier en forme de coquille Saint Jacques, provenant sans doute de Meyriat, qui a été utilisé comme une simple pierre dans la construction du mur. Sur le linteau de la porte d’un autre bâtiment dont les piliers d’angle sont constitués de très grosses pierres taillées d’environ 1,50m, on trouve gravée la date de 1836.

Grange Neuve :
C’est la deuxième ferme encore habitée dans cette combe. Elle est plus ou moins contemporaine que la ferme de Pré de Joux.

Le Pré Guy :

Sur l’emplacement de la ferme incendiée durant la seconde guerre mondiale, a été reconstruit un simple abri d’été.

A la combe de Léchaud

Gruent :
Cette ancienne ferme, qui a encore son four, fut pendant longtemps un centre d’élevage pour demi-pur-sang; quelques unes des médailles de concours étaient encore clouées sur les portes des granges.

Le Cernay :
Le bâtiment est important et fut à l’origine un poste de douanes. Il fut restauré récemment.

Grange Berthet :
Groupe deux bâtiments d’habitations, dans la cour un bac en pierre d’une seule pièce.

L’Etanche :
Cette ancienne ferme comporte au-dessus de la porte un linteau en pierre avec une représentation florale et la date de 1803, il s’agit sans doute d’une pierre de réemploi.

Golet Ravaux :
Le bâtiment qui a la forme typique des fermes monastiques a été restauré.

La Fruitière :
Le bâtiment comporte un étage; dans un mur, encastrée, une ancienne boîte aux lettres. Cette fromagerie de la Combe de Léchaud a cessé ses activités en 1967.

Ferme de Rougemont :
Sa structure est assez typique des fermes isolées, avec la partie habitation située sur le côté sud, et au centre les étables et la grange abrités par un grand auvent soutenu par des piliers en pierre. Sous l’auvent une grande plateforme où on entasse le bois. Le bâtiment à un étage est recouvert d’une grande toiture à deux pans avec une croupe orientée vers le sud.

Grange Perrier :
En pierre de taille, cette ferme date de 1833, elle possède encore son four à pain en état de marche et un grand bac étroit en pierre d’une seule pièce.

Grange Chanut :
Voisine de la grange Perrier, elle est en plus petite et la réplique de la précédente; elle remonte à 1835.

De part et d’autre de ces combes, d’autres fermes ont disparu : Le Fort, incendié en 1944, Lansard, Brange Brison, l’Ouille, Grange Vieille…

Commentaires fermés